Notre drôle de mésaventure dans le Canyon de Colca

Le Canyon de Colca a longtemps été considéré comme le plus profond du monde, avant de passer en seconde place après le Canyon de Cotahuasi, à 130m près !

Deux fois plus profond que le Grand Canyon aux USA, il offre un panorama impressionnant. En son creux coule la rivière Colca.

Comment visiter le canyon ?

Il est possible d’aller avec une agence visiter les points d’intérêts en bus, ou de faire un trek avec ou sans agence.

Nous avons opté pour le trek en autonomie. Recommandé sur 3 jours, l’itinéraire que nous avions prévu était le suivant : Cabanaconde – Llahuar – Oasis de Sangalle – Cabanaconde.

ATTENTION : cet itinéraire nécessite un très bon niveau physique et une certaine connaissance du trekking. Les sentiers sont peu balisés et on ne croise personne pendant des heures. Le dénivelé est très important et les descentes glissent pas mal à cause des éboulements dûs aux nombreux tremblements de terre dans la région.

Notre expérience

La veille du trek, nous avons dormi dans un hôtel juste à côté du terminal terrestre d’Arequipa, afin de prendre un bus à 4h30 du matin direction Cabanaconde.

La route est longue, il est tôt et les péruviens sont bruyants (oui ça c’est une généralité) alors bonne chance pour fermer l’oeil…

Arrivés à 10h30 à Cabanaconde, point de départ du trek, le soleil tape déjà très fort. Un petit coup d’oeil à la Map et c’est parti !

La première heure n’est pas compliquée, on croise des ânes et on marche dans des sentiers déserts. C’est super d’être seuls au monde, d’admirer les paysages et de se sentir tout petits face à la nature !

Au bout d’un petit temps, le chemin commence à bien descendre, et ainsi s’ensuivent de longues heures à regarder nos pieds et à transpirer sous un soleil de plomb. Bon, il faut dire qu’il est midi alors ce n’est certainement pas le meilleur moment pour randonner !

Nous ne pensions pas croiser personne pendant plus de 5 heures, et nous n’avions clairement pas assez d’eau… Les deux dernières heures sont terribles, nous sommes déshydratés et fatigués, et le chemin jusqu’au premier hôtel est juste interminable !

La dernière montée dure environ 1 heure et nous a clairement achevés ! Nous passons par un petit village abandonné, puis nous descendons jusqu’à la rivière où nous pouvons ENFIN remplir nos gourdes. Hallelujah !

Une fois arrivés à l’hôtel, nous rejoignons notre bungalow, espérant nous reposer un peu et lâcher prise. Spoiler alert, ça n’a pas vraiment été le cas… Nos voisins de chambre étant d’énormes araignées et des scorpions, difficile d’être sereins.

Heureusement, il y a des sources chaudes au bord de la rivière où l’on peut descendre pour se détendre un peu. Enfin une bonne nouvelle… L’eau est à 40 degrés, la vue est belle et nos jambes peuvent enfin se reposer un peu.

Le soleil se couche derrière les montagnes, il est temps de remonter à la chambre avant de se faire attaquer par les moustiques !


Après une journée de galère et une nuit affreuse entourée d’insectes pas très rassurants, nous décidons de ne pas reprendre la route le lendemain. Nous préférons nous arrêter là que repartir dans un mauvais état d’esprit pour deux jours que nous n’avons pas envie de vivre (survivre plutôt).

Petit hic : nous sommes au fond d’un canyon, et le seul bus qui passe pour rejoindre le village de Cabanaconde est à 19h et à une petite heure de marche d’ici.

Aux alentours de 11h30, nous décidons de marcher jusqu’à l’arrêt de bus et de nous y poser au cas-où par miracle une voiture passe dans l’après-midi…

Dans les deux heures qui suivent, deux camionnettes blanches passent mais refusent de s’arrêter.

Ô rage ô désespoir…

Puis miracle ! Un gros camion s’arrête et accepte de nous monter à Cabanaconde.

Il est 13h30 et nous en avons alors pour presque 2h à remonter au village, sur des routes bien sinueuses. Le fond du canyon s’éloigne de plus en plus et nous sommes très reconnaissants d’avoir trouvé une solution pour sortir de là !

Nous discutons un peu avec le péruvien qui nous conduit. Il est livreur de ciment et voyage beaucoup. Ça n’a pas l’air de le déranger de conduire ici, pourtant nous on n’aurait pas adoré…

Lorsqu’il nous lâche sur sa route à l’entrée de la ville, nous avons encore plus d’une trentaine de minutes à marcher afin de rejoindre la place principale. Enfin c’est ce que nous pensions, avant de croiser un monsieur en tuktuk qui propose de nous conduire dans sa remorque.

Décidément, c’est notre journée !

Une fois arrivés, nous trouvons quelqu’un avec un mini-van, prêt à rejoindre la ville de Chivay (point étape entre Cabanaconde et Arequipa) seulement si il y a du monde. Nous ne sommes pour l’instant que 2… Nous attendons sagement 1h et finalement des gens arrivent, ouf !

Nous prenons ensuite une correspondance à Chivay dans l’espoir de rejoindre Arequipa dans les 2h30. Top ! Nous arriverons donc à 20h30 en ville. C’était sans compter sur un gros accident qui a bloqué toute la route et nous a fait nous immobiliser à 30km d’Arequipa durant plus de 6h…

Nous arrivons finalement au terminal terrestre, épuisés et sur les nerfs, à 3h du matin.

Impossible de trouver un hôtel à cette heure-ci… Nous tournons pendant plus de 30 minutes en taxi, sonnant à tous les hôtels de la ville, en vain.

Manquait plus que ça, dormir dehors… Cette aventure ne se termine donc jamais !

Dans un dernier espoir, nous sonnons à l’hôtel où nous avions logé quelques jours à Arequipa et laissé nos sacs. La gérante se réveille et vient nous ouvrir. Elle est adorable.

Tout est complet mais elle nous fait monter et nous donne des couvertures pour que l’on puisse dormir au chaud sur les canapés du salon commun. Heureusement qu’il y a des gens comme elle !

Finalement tout va bien qui finit bien, c’était une sacrée aventure mais nous ne regrettons rien. C’est aussi dans les grosses galères que se forment de beaux souvenirs. Et puis, c’est ça aussi le voyage !

Morale de l’histoire : n’ayez pas peur de l’abandon et gardez espoir d’être sauvés par un gros camion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s