L’ascension du volcan Acatenango

Moment tant attendu dans notre découverte du Guatemala, l’ascension de l’Acatenango a été un moment fort en émotions.

C’est en grande partie la découverte d’El Fuego, cet incroyable volcan encore très actif, qui nous a donné envie de visiter le pays. 

On t’emmène avec nous à travers ces deux jours intenses de randonnée qui sont vite devenus notre expérience de voyage la plus marquante jusqu’à ce jour !

Le contexte

Le volcan de Fuego, haut de 3763 mètres, est un des volcans les plus actifs d’Amérique centrale.

Depuis 1524, il entre régulièrement en éruption.

Situé non loin d’Antigua, de plus en plus de voyageurs posent leurs sacs en ville pour partir faire l’ascension de son voisin l’Acatenango afin d’admirer le spectacle de près.

Quelle agence choisir ?

Pour faire l’ascension de l’Acatenango et voir le Fuego en éruption, il te faudra choisir une agence, et une bonne !

Il en existe plusieurs (même certainement beaucoup), mais plusieurs critères t’aideront à faire ton choix, par exemple :

  • le nombre de personnes et de guides par groupe
  • l’emplacement du camp de base
  • la fiabilité de l’agence
  • le prix

Nous avons fait le choix de suivre l’association ASOAVA dans cette fabuleuse expérience après avoir eu de bons retours d’autres voyageurs, et afin de soutenir une initiative locale.

ASOAVA, c’est une histoire de famille. Tu seras accueilli par le père, les fils, les cousins… Et ce sont eux qui te guideront jusqu’en haut et prendront soin de toi pendant tes deux jours sur place.

Il est possible de dormir chez eux la veille du départ, il suffit de leur demander en réservant ton tour via Facebook ou WhatsApp.

Prix : 400 Q par personne

Qu’est-ce qui est compris ?
  • l’accompagnement par un guide pendant toute la durée de la randonnée
  • la nuit en tente avec matelas et duvet bien chaud
  • le déjeuner, le dîner et le petit-déjeuner
  • des bouteilles d’eau
  • le prêt de gants, bonnets et manteaux si besoin
  • le transport depuis et vers Antigua
les groupes

Ce sont des groupes de 8 personnes maximum, accompagnés de 2 guides (un à l’avant et un à l’arrière). La configuration est parfaite puisqu’elle permet à chacun d’aller à son rythme tout en partageant l’expérience avec d’autres personnes.

Une fois au camp de base, plusieurs membres d’ASAOVA sont présents afin de te faire passer le meilleur moment possible !

Le camp

Leur camp est extrêmement bien situé, avec une vue magnifique juste en face du Fuego.

Tu passeras ta soirée à admirer les éruptions et les étoiles autour d’un feu de camp, quoi de mieux…

Que prendre dans ton sac ?

Même s’il fait très chaud à Antigua et que tu auras envie de partir avec un short, un t-shirt, et le sac à dos le plus léger possible, n’oublie pas qu’à presque 4000 mètres d’altitude il fait bien plus froid !

Pars du principe que tu vas avoir froid, très froid, et que tu vas dormir là-haut, alors autant être à l’aise. Nous, on te conseille vivement de prendre (trop) de vêtements plutôt que pas assez…

Tu auras également avec toi tes 3 repas fournis par l’agence. Prends en supplément des snacks pour tenir la route, on ne sait jamais ! Des barres de céréales, des oléagineux, de quoi rester vaillant et motivé !

Il te faudra également au moins 2 ou 3 litres d’eau avec toi. N’oublie pas que tu vas beaucoup beaucoup marcher et que tu as quand même plus de 24h à tenir avec tes réserves.

Ce que nous avons pris chacun en plus des vêtements avec lesquels nous sommes partis (short / t-shirt / basket) :

  • sac de 25L
  • casquette
  • lunettes de soleil
  • t-shirt technique Merinos
  • legging + pantalon
  • pull + sweat
  • doudoune
  • bonnet
  • gants
  • lampe frontale
  • chaussettes fourrées Merinos
  • matériel photo / vidéo
  • 6 barres de céréales et 1 pomme

L’agence propose la location de bâtons de marche pour 5 Q. Si tu n’en as pas déjà avec toi, on te les conseille plus que beaucoup !!! Ils nous ont sauvé la vie à plusieurs reprises, et on ne sait pas comment on aurait pu monter sans.

Quel niveau physique faut-il avoir ?

Bon, on ne va pas te mentir, c’est à peu près le plus gros effort physique qu’on ait fourni dans notre vie !

Après, que tu sois un grand sportif ou que tu fasses un peu de fitness une fois par semaine, ta réussite dépendra essentiellement de ton mental.

L’ascension est difficile certes mais elle est surtout longue et il faut s’accrocher pour ne pas avoir envie de faire demi-tour. Mais je t’assure, tu n’as pas envie de rentrer à Antigua sans avoir vu le spectacle qui t’attend en haut !

Alors chausse tes baskets, prends le max de motivation que tu as en stock et lance-toi en mode warrior, tu y arriveras et tu ne le regretteras pas. Une fois en haut, on comprend pourquoi on a souffert pendant les dernières heures…

Notre expérience

L’ascension

Le temps de l’ascension dépendra du niveau du groupe, du nombre de pauses et de si vous vous arrêtez pour manger ! Globalement, ça oscille entre 4h et 7h en fonction de l’allure !

Nous avons démarré l’ascension le samedi 11 décembre aux alentours de 9h30, sous un soleil de plomb. Qui dit samedi dit beaucoup de monde, ça bizarrement on n’y avait pas pensé…

Tant pis, on monte en faisant abstraction du troupeau bien qu’il nous ralentisse à certains endroits !

Un petit conseil : partez en semaine si vous le pouvez. Une fois arrivés au camp de base vous ne verrez pas la différence, mais la première partie de l’ascension sera beaucoup plus agréable si vous êtes seuls.

L’ascension se décompose en 3 parties.

La montée raide en plein soleil – 1h30/2h

Oui on sait, le nom fait rêver ! Mais on ne peut pas vous donner de fausses informations… Le début de la randonnée n’est clairement pas la partie la plus facile.

Le sol est glissant, rien ne protège le chemin du soleil et ça ne fait que grimper : que du bonheur !

La forêt – 2h

On enchaîne ensuite avec une longue partie de virages en pleine végétation.

Notre guide nous avait dit que cette partie était plus facile que la première, nous n’avons pas trouvé… Certainement car c’est de l’endurance et qu’en ayant déjà quelques heures dans les pattes, c’est plus difficile de se motiver.

L’ascension commence à être longue, les virages s’enchaînent et la pente est toujours très importante.

L’avantage, c’est qu’on est quand même principalement à l’ombre et plus tranquilles !

Le chemin final – 1h

La dernière partie est de loin la plus agréable. Le chemin est (presque) plat, on se retrouve au-dessus des nuages et la vue est splendide.

On finit par apercevoir le Fuego, le fameux qui nous a fait faire tous ces efforts. En guise de récompense, il gronde fort, nous laissant admirer avec stupéfaction et émotion notre première éruption.

Tout le monde a un regain d’énergie et on gambade en sachant qu’il ne reste plus grand chose et que le pire est derrière nous.

Le dernier quart d’heure pour monter au camp est plus dure et très raide, le chemin glisse et l’effort est considérable mais on donne tout.

Nous arrivons finalement après 4h15 de marche et 45 minutes de pause déjeuner !

La soirée au camp

Quel bonheur d’arriver en haut !!

Les membres de notre association nous apportent des chaises et tout le monde s’affale d’un coup, les yeux rivés sur le Fuego en pleine activité qui trône juste en face de nous.

Fatigués mais fiers et soulagés, on prend le soleil tranquillement sans se lasser de cette vue qui est certainement la plus impressionnante que l’on ait jamais vue !

À ce moment, nous avons deux choix :

  • rester au camp et profiter du coucher de soleil et de la soirée auprès du feu
  • repartir pour 2h aller, 2h retour à la conquête du Fuego afin d’observer les éruptions d’encore plus près

La randonnée implique de redescendre une bonne partie de l’Acatenango afin de remonter sur le Fuego en face, et rentrer de nuit. Nous préférons profiter de notre moment et admirer le spectacle d’ici.

Le groupe se divise, 4 s’en vont et 4 restent. Certainement le meilleur choix que nous ayons fait !

Un des guides nous propose d’aller admirer le coucher de soleil un peu plus loin. Quelle question ? Bien-sûr qu’on veut !

Nous voilà donc partis avec nos manteaux (oui il commence à faire froid), nos lampes frontales pour le retour et nos appareils, prêts à en prendre pleins les yeux.

Les couleurs sont magiques, la mer de nuage rend le tout irréel et Tevyn en profite pour faire voler le drone.

Après ça, on rentre au campement et on se pose auprès du feu pour se réchauffer. Nous sommes 4 français entourés de guatémaltèques adorables qui se plaisent à faire beaucoup de blagues et discuter avec nous.

Le moment est chaleureux, il fait bon au coin du feu. Nous mangeons un bon repas chaud et typique devant les éruptions du géant qui s’enchaînent et sont encore plus impressionnantes une fois la nuit tombée.

Notre guide nous ramène ensuite des Marshmallows à faire griller et un excellent chocolat chaud maison (avec du whisky en option !). Que demander de plus ?

Nous décidons d’aller nous coucher aux alentours de minuit, dans nos tentes confortables et accueillantes. Nous serions bien restés là toute la nuit mais nous devons nous lever dans quelques heures pour la dernière partie de l’ascension : la montée au sommet !

Le lever de soleil au sommet

À 4h, le réveil sonne (et pique un peu).

La nuit n’a pas été longue mais ce n’est pas plus mal car on commençait à sentir la fraicheur et l’humidité. Heureusement qu’on avait de très bons duvets pour ne pas mourir de froid !

On enfile absolument toutes les couches qu’on trouve dans nos sacs et on part dans l’obscurité afin d’atteindre le sommet de l’Acatenango.

Notre guide nous annonce 1h30, et au bout de 10 minutes on se rend compte que ça va être long…

On crache nos poumons, l’altitude nous joue des tours et tout le monde suffoque. Deux d’entre nous font demi-tours car elles ne se sentent pas de continuer.

La montée est raide, nos pieds s’enfoncent dans la poussière volcanique et à chaque pas qu’on fait en avant on a l’impression de reculer de deux. Pas tellement motivant tout ça !

Malgré tout le guide fuse et nous suivons le rythme, un rythme très rapide.

Finalement, quand il nous annonce que nous sommes arrivés, tout le monde est surpris. Nous ne sommes pas partis il y a 1h30 mais 50 minutes ! Alors oui le rythme était dur à tenir, mais quelle bonne surprise d’arriver « si vite ».

Une fois en haut, on cherche un endroit où se poser. Il fait très très très froid, jamais on n’avait ressenti ça avant. On essaie de se cacher du vent mais rien n’y fait, il faudra attendre là et prier pour ne pas perdre nos doigts de pied…

Comme nous sommes arrivés plus vite, on doit aussi attendre plus longtemps avant que le soleil se lève… Malheureusement pas notre partie préférée du week-end ! Le froid est bien trop intense.

1 heure de souffrance, 23 prières et 2564 plaintes plus tard, le soleil décide de pointer le bout de son nez. Pas de chance, le ciel est très nuageux et on ne verra rien d’incroyable…

On redescend finalement dans une atmosphère apocalyptique, en courant sans retenue dans de grandes étendues de sable volcanique, dans un mélange de liberté et de folie !

Le petit-déjeuner nous attend, nous avons un peu de temps pour se poser et manger mais puis nous repartons pour un peu plus de 2h de descente pour rejoindre Antigua !

Ce qui est sûr, c’est qu’on n’est pas prêt d’oublier cette expérience…

Découvre notre vidéo YouTube !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s