La Comuna 13, un quartier rempli d’espoir

Première étape de notre voyage en Colombie, Medellin est une ville grande et bruyante, dans laquelle nous avons trouvé assez difficile de prendre nos marques.

Certains quartiers ont encore mauvaise réputation, notamment le centre-ville avec la Place Botero, mais d’autres ont su se reconstruire et accueillir les touristes dans un cadre plus serein et joyeux.

Nous allons parler de notre coup de coeur à Medellin : la Comuna 13. Nous avons fait un Free Walking Tour de 3h avec Stiven, un jeune guide de Zippy Tours qui a vécu toute sa vie dans ce quartier et nous a plongés dans une des périodes les plus sombres du pays.

La typographie du quartier

La Comuna 13 est un quartier chargé d’histoire qui a connu une véritable transformation au cours des 20 dernières années.

Pendant longtemps, il a été percu comme l’endroit le plus dangereux du pays.

Le quartier est délimité par un parc.

D’un côté se trouvent les riches et sur les collines règne la pauvreté. Beaucoup de personnes sont venues s’installer là à l’origine pour fuir la violence dans leur pays, et le chaos qui y règne en a fait une zone de non-droit contrôlée par les narcotrafiquants, les milices et les bandes armées.

La Comuna 13 est la dernière Comuna à l’ouest de la ville, ce qui permet de nombreuses connexions avec la côté Caraïbe et donc avec l’Amérique du Nord et du Sud.

C’est sa situation géographique qui a en partie encouragé les gangsters à s’y installer.

De plus, grâce à la typographie de la Comuna, ils peuvent échapper facilement à la police. Ils sont installés dans les hauteurs et peuvent rapidement être mis au courant et se cacher quand la police arrive.

L’histoire sombre de la Comuna 13

C’est dans les années 90 que la violence est à son apogée. Les conflits sont si extrêmes que pendant quelques années on ne compte pas moins de 7000 meurtres par an.

Le gouvernement tente de reprendre le contrôle du quartier à plusieurs reprises. L’armée est envoyée pour 24 opérations officielles, sans succès.

Il faudra attendre 2002 pour qu’une opération, bien connue sous le nom de ORION, aboutisse.
350 personnes sont capturées mais finalement seulement 82 sont déclarées coupables et les autres n’ont jamais été retrouvées. 

Beaucoup pensent qu’ils ont été abattus et enterrés sous une montagne de gravier mystérieuse que le gouvernement agrandit chaque année.

Malheureusement l’Etat n’est pas tout blanc, des civils ont été tués, et une collaboration a été signée avec des groupes paramilitaires, qui ont finalement pu reprendre le contrôle d’une partie du quartier.

La résurrection et l’espoir

Petit à petit les choses commencent à changer. Les derniers paramilitaires rendent les armes et le gouvernement décide d’aider activement le quartier à se reconstruire.

Il existe trois facteurs principaux qui ont contribué à l’épanouissement de la Comuna 13.

L’art

Un travail gigantesque est mis en place sur le développement des arts afin de sortir les jeunes de la violence et de l’illégalité. Le hip-hop devient omniprésent et les habitants utilisent les graffitis pour s’exprimer et raconter leur histoire.

Il existe environ 300 tags dans le quartier aujourd’hui, et chacun a une signification précise.

Il suffit d’avoir l’aval du propriétaire de la maison pour peindre selon ses envies.

Les infrastructures

En 2012 des escalators sont installés afin de faciliter le déplacement et d’attirer les habitants d’autres comunas. 

C’est le seul quartier d’Amérique où l’on peut monter avec des escalators en plein air.

La culture et l’insertion

Une bibliothèque avec un accès gratuit aux livres, aux ordinateurs et à internet est ouverte et des aides à l’éducation et à l’emploi sont mises en place pour les jeunes.

L’arrivée du tourisme

Aujourd’hui, la Comuna 13 est très visitée et attire de nombreux touristes tous les jours. C’est un quartier vivant, marquant et parlant, au sein duquel on rencontre une population pleine d’espoir et bourrée de talent qui transmet des messages de paix à travers son art.

L’innovation et les technologies ont aidé le quartier à se reconstruire.

La réalité aujourd’hui

En 2013 les gangsters ont fait un deal. La guerre est terminée, plus personne ne se tire dessus et ils sont toujours présents, mais moins dangereux.

Tout personne qui veut vivre et travailler là doit payer des taxes aux cartels.

Tous les dimanches, ils t’appellent pour savoir où tu es et viennent chercher ton pourcentage en cash. Si tu ne payes pas tes taxes, ils te forcent à fermer ton business et si tu refuses ils viennent le saccager ou te voler.

Stiven nous a partagé son ressenti et celui des habitants du quartier.

Ils ne trouvent pas la situation si dérangeante car ils ont le sentiment de payer pour contribuer à la sécurité du quartier et de leurs familles.

Notre ressenti

Nous avons beaucoup aimé découvrir la Comuna 13 et son histoire, déambuler dans les ruelles bruyantes, animées et colorées et assister au spectacle qu’offre une jeunesse au passé douloureux remplie de messages d’espoir.

Nous avons été très touchés par les récits de Stiven et nous conseillons à toute personne passant par Medellin de réaliser un tour avec lui ou un de ses camarades afin de découvrir ce qui a marqué les 20 dernières années de Medellin, et de la Colombie.

Découvre notre vidéo YouTube !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s